Instruments du quatuor -

Instruments du quatuor - "Collection de Monsieur L"

Du 15 novembre 12h00 au 25 novembre 2017 14h00

Découvrez notre nouveau catalogue à partir du 15 novembre 2017. Au catalogue de cette prochaine vente: Une remarquable  collection d'archets provenant d'un violoncelliste réputé : "La collection de monsieur L". Des grands noms de l'archeterie seront présentés : E.SARTORY / V.FETIQUE / ADAM/ A.LAMY / PIERNOT / THOMASSIN / TOURNIER / CLASQUIN / MILLANT / VIGNERON / TOURTE ... ///// Dans la bibliothèque d'un compositeur : Collection de Partitions. Exposition sur rendez vous au 33 rue Henri Barbusse 75005 - Paris. FRAIS DE VENTE EN SUS DES ENCHERES (AUCTION FEES) : 24 % TTC *************************************************************************************************************************** Dans l’écrin poussiéreux… Une surprise pour l’expert ! Monsieur L. fils possédait depuis fort longtemps une boîte dont il avait hérité avec les instruments de musique de son père. Monsieur L. père, musicien reconnu au début du XXème siècle et premier prix du conservatoire national de Paris, avait travaillé avec des virtuoses, tel que Gabriel Fauré, ainsi que d’autres musiciens venant de l’Orchestre Pasdeloup et l’Opéra-Comique. Cet homme n’était-il donc pas seulement un musicien réputé, mais aussi un collectionneur averti ? Dans cette boite poussiéreuse se trouvait en effet l’une des plus belles collections d’archets de violoncelle en France. En ouvrant la boîte précieuse, Monsieur Chancereul, expert luthier, découvre, étage par étage, la collection reposant sur du velours rouge éclatant. Au fur et à mesure de l’inventaire, des noms retentissent : Eugêne Sartory d’Exposition, Jean Adam, Alfred Lamy, Victor Fetique d’Exposition… Ces célèbres archetiers sont non seulement des artisans mais surtout des artistes qui ont créé une esthétique de l’archet. En effet, à partir du XIXe siècle, l’archet a une valeur esthétique et pécuniaire, différente du violon qu’il caresse. L’archet est la continuité du bras du musicien et est traité comme un bijou par ses concepteurs. La baguette est en bois de pernambouc et la hausse en ébène monté avec des matières précieuses telles que : l’or, l’argent… Ainsi, sa conception est particulièrement minutieuse, comme un travail d’horloger. Le poids de l’archet quant à lui ne doit pas dépasser un certain grammage pour le bien-être du musicien. L’archetier, comme un designer, a esthétisé un objet qui pourrait être conçu comme accessoire. C’est à la fin du XVIIIe qu’est né « l’archet moderne », sous les mains de François-Xavier TOURTE. Il travailla au perfectionnement de l’archet et mit au point la forme idéale en utilisant un bois du Brésil, celui de Pernambouc. Tourte est alors désigné comme le Stradivarius de l’archet. Dans la continuité de Tourte, Eugêne SARTORY est un créateur réputé à la fin du XIXe dont un des archets est découvert des siècles plus tard par l’expert luthier Chancereul dans la boite de Monsieur L. « Cet archet est exceptionnel car il est dans toutes ses parties originales et en parfait état » explique l’expert. Monsieur Chancereul souligne la rareté de cet archet, mais aussi celui de GrandAdam et de Victor Fetique… « Il faut voir 1 000 archets, pour en trouver un comme ceux que nous retrouvons dans cette boîte. Nous disposons de 25 archets d’exception pour notre prochaine vente aux enchères en ligne sur Apollium.fr. Les estimations varient entre 5 000 et 20 000 € ». Et cette boîte n’est pas la seule découverte de la maison Apollium : il y a aussi les 3 violoncelles du collectionneur, Monsieur L. père, un violoncelle de Caressa et Français, Jules Merciolle, et un de Marius Didier. Nous pourrons ainsi essayer les archets « historiques » sur les violoncelles d’origine !

Trier par
Lot par page

Page 1 sur 5

Filtrer par